Un courtier ou non dans votre demande de crédit

La fin d’année est proche et avec elle les dépenses exponentielles inséparables de ce genre de saison. Course de Noël, festivité en tout genre et bien d’autres encore, pour ne pas finir 2017 dans le rouge, la plupart des ménages français se sont lancés dans la recherche d’un crédit à la consommation. Notamment aussi parce que les banques sont en pleine promotion durant les saisons estivales de ce genre. Seul problème : les conditions d’emprunt sont devenues plus strictes.

Pourquoi les banques sont-elles plus exigeantes ?

C’est la fin d’année. La majorité des enseignes financières ont dors et déjà atteint leur objectif en ce qui concerne 2017. Ils peuvent donc se permettre d’être un peu plus stricts dans le choix des profils emprunteurs.
Bien évidemment, cette situation n’inquiète guère les chouchous des banques.  Vous êtes en CDI ? Avez un bon salaire ? Présentez des garanties solides ? Vous n’aurez aucun mal à obtenir un prêt avec un taux attractif.
Les choses sont un peu plus difficiles pour les revenus modestes. Pour les chômeurs, il est quasiment impossible de se présenter pour un crédit personnel, à moins d’avoir une caution solvable qui s’engage avec soi. Et il en est de même pour les étudiants qui veulent se lancer dans un projet important.

Je fais appel à un courtier pour optimiser mes chances

Actuellement, les courtiers en crédits sont très sollicités. Pour certains, le but est de faire appel à leur expertise dans la présentation du dossier. Comme susmentionnée, la qualité du profil emprunteur impacte réellement et grandement dans la réussite de la démarche. Pour vous aider en ce sens, les courtiers vont jusqu’à faire les simulations des offres et le calcul de votre possibilité d’endettement.
Mais sachez que le courtier a aussi une longue expérience du marché durant laquelle il s’est fait des contacts. Il peut donc vous faciliter les recherches et argumenter auprès des banques afin de vous obtenir un taux plus attractif.
Le tout se paye bien évidemment. En moyenne, ce genre de prestataire vous demandera dans les 1 % du capital que vous demanderez à la banque.

About The Author

You might be interested in

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *